Mag Lens-Liévin N°66

Feuilletez ce magazine

Consultez le contenu intégral du magazine, au format PDF, en cliquant sur l'image ci-dessous.

Une police municipale en 2021

C’était au programme de tous les candidats aux dernières Municipales. L’acte de naissance d’un « Service de police municipale » a été signé au cours du dernier conseil municipal de 2020. « Cette police de proximité, non armée et composée de 20 agents, était attendue par nos concitoyens » ne manqua pas de commenter avec fierté le rapporteur, Pierre Mazure (notre photo). Après Liévin, après Arras, Lens aura donc sa Police municipale courant 2021 !

Pour l’adjoint à la sécurité, ce sera « une police de tranquillité du quotidien ». Et le maire de détailler la vocation de ce service, créé au 1er janvier dernier, et placé directement sous son autorité en tant qu’officier de police judiciaire. « Garantir la tranquillité publique, prévenir les troubles de voisinage, lutter contre la salubrité et le bon ordre, être proche des habitants avec une présence régulière sur le terrain. Il s’agira aussi de lutter contre les petites incivilités que la Police Nationale ne peut pas gérer dans les différents quartiers de la ville faute de moyens que je réclame régulièrement à l’Etat ».

Pas de coupe budgétaire

Coût de cette opération qui, selon Sylvain Robert, « n’arrive pas comme un cheveu dans la soupe mais comme un projet bien réfléchi et ficelé » : 1 M€ au départ, dont 800 000 € de fonctionnement et 200 000 € d’investissement sachant que les agents seront intégrés dans les locaux de la mairie. Dans un premier temps dans l’attente d’un futur site dédié…

En réponse aux élus d’opposition, et notamment à Naceira Vincent (Lens Verts l’Avenir) qui, pour sa première apparition depuis la réélection de « son ancien » maire, dénonça « une aberration
»
et « une absence de consultation des habitants », Sylvain Robert rétorqua avoir « réalisé un travail en amont » et qu’il n’y avait pas eu « de coupe budgétaire, seulement des arbitrages ». De son côté, Bruno Ducastel (Agir pour Lens) se montra agréablement surpris par la « rapidité de cette mesure ». Tout en indiquant « qu’une ville comme Lens mériterait d’avoir des équipes qui tournent chaque nuit ».

Sans armes létales

Si aucune date de démarrage de la PM lensoise n’a été cochée au calendrier 2021, on sait d’ores et déjà qu’elle ne fonctionnera pas la nuit « sauf pour des opérations ponctuelles et spécifiques » a précisé Pierre Mazure, ciblant évidemment les sorties de bars. « Pour le moment, il n’est pas prévu de faire du 24h/24h ». En effet, il faudrait alors 3,25 agents pour couvrir l’horloge et le terrain !

L’effectif de la PM sera confié à Eric Huleux, ancien directeur de la Tranquillité publique à la ville d’Arras. Ce commandant, « qui connaît parfaitement son métier » selon Sylvain Robert, sera assisté d’un chef de service et de 18 agents en tenue, sans armes létales. En voitures ou en motos, ils seront équipés de gilets pare balles, de pistolets à impulsion électrique, de bâtons de défense, de menottes et de caméras piétons. « Ils auront tous des missions complémentaires avec celles de la Police nationale, des 10 agents de surveillance de la voie publique (ASVP) et des 4 puis 6 médiateurs, sans oublier l'appui de 255 caméras de vidéo-protection » a encore précisé Pierre Mazure.

Découvrez l'ensemble du contenu de notre magazine en cliquant ici.

LM – Lens, le 12 janvier 2021