LE PETIT MAG

Découvrez nos derniers numéros

Un site qui vous ressemble

lepetitmag.fr est enfin né ! Une nouvelle vitrine pour votre journal gratuit d’information de proximité, Lens-Liévin, Le Petit Mag.

Un site tout beau, tout neuf, qui vient en soutien d’un journal qui fêtera (déjà) ses deux ans le 15 novembre. Eh oui, le temps passe vite et notre promesse de produire un journal qui vous ressemble, un mercredi sur deux, a été tenue. Grâce à vous, chers lecteurs, annonceurs et diffuseurs. Un grand merci à vous tous pour votre confiance et votre fidélité à notre ligne éditoriale (100% locale et positive), nos couleurs, à notre (petite) équipe…

C’est donc avec beaucoup de fierté que nous vous invitons à surfer sur nos pages, rubriques, archives et offres. A vous tous, nous souhaitons une très belle découverte, de jolis moments passés avec lepetitmag.fr. En même temps, n’oubliez pas la version papier qui garde tout son charme !

Ce site, comme le journal, est avant tout le vôtre.





Votre horoscope de la quinzaine

Bélier

Vous visez le succès matériel et vous ne vous laissez pas distraire. Si votre énorme ambition et votre capacité de travail vont de pair, elles nuisent tout de même à vos relations humaines. Trop de dynamisme pourrait vous épuiser.

Taureau

Si les dernières semaines n’ont pas été très heureuses, les prochaines sauront vous apporter de bonnes choses. Vous récolterez donc les fruits de vos efforts, restés pourtant vains jusqu’ici. Problèmes de tension ? Attention au sel !

Gémeaux

Vous êtes en mesure de trouver le bon équilibre pour vous accomplir pleinement et répandre ainsi autour de vous la bonne humeur et le bonheur. La période est favorable pour améliorer votre forme physique.

Cancer

Débarrassé de vos tourments, vous serez apte à reconsidérer votre position comparable à celle d’un rocher qui se dresse de manière imposante et intimidante. Les autres existent aussi ! Une légère fatigue se fera ressentir. Reposez-vous !

Lion

Que vous soyez en haut ou en bas de la pyramide, vous auriez tout intérêt à faire preuve d’humilité. Pas de honte à reconnaître ses torts, et ce serait là une preuve d’intelligence ! Le sport que vous faites vous donne de l’énergie.

Vierge

Plus spontané, vous faites plus aisément face aux problèmes rencontrés. Oui, fini de se prendre la tête pour des futilités et stop aux agressions extérieures ! Adoptez un mode de vie plus régulier pour retrouver votre équilibre.

Balance

Les célibataires doivent sortir de cette prudence qui met un frein à leur vie intime. Pourquoi toute cette retenue ? Pourquoi ces doutes et ces questions laissées le plus souvent sans réponses ? « Qui veut voyager loin ménage sa monture ».

Scorpion

Professionnellement, vous vous montrez plus instinctif que raisonnable. Vos emportements, souvent sans fondement, vous font regretter vos paroles acerbes. Il serait peut-être bon de diminuer votre consommation de sucre.

Sagittaire

Avec votre petit côté « je veux bien faire », vous allez finir par vous essouffler ! Perfectionniste dans l’âme, vous avez du mal à oublier que le mieux est l’ennemi du bien. Des petits problèmes de peau. Apportez-lui les soins nécessaires.

Capricorne

Votre entourage ne vous facilite guère la tâche tant il se sent bafoué. Allez-vous poursuivre sur ce terrain glissant ou bien vous reprendre et regagner ainsi la confiance de vos partenaires ? Légère fatigue passagère.

Verseau

En proie à des sentiments de culpabilité, vous restez sur la touche sans oser vous mêler à ce qui se passe sur le terrain. C’est dommage ! Vous avez tous les atouts en main ! Un peu d’exercice vous aiderait à retrouver votre forme.

Poissons

Égocentrique, vous vous laissez prendre à votre propre jeu et oubliez que les autres n’existent pas que pour vous. Eux aussi ont des attentes et leurs propres priorités. Pensez-y ! Vous suivez un régime ? Faites-vous aider.


Votre météo en Artois

Vos brocantes

Samedi 30 novembre

  • Liévin
    Bourse aux livres, CD, DVD, jeux. Salle Bondeaux, rue de la Liberté de 8h à 13h. Egalement le dimanche, lieu et horaire identiques.

Dimanche 1er décembre

  • Corbehem
    Braderie du téléthon. Salle des fêtes, rue de la mairie, de 8h à 16h.

Samedi 7 décembre

  • Oignies
    Premier marché de Noël du comité des 4 quartiers, salle Lebas, avenue du président JF Kennedy, de 10h à 18h. Également le dimanche 8, même lieu, même horaire.

Dimanche 8 décembre

  • Hulluch
    Vide grenier à la salle polyvalente, rue Malvoisin, de 8h à 17h.

Samedi 14 décembre

  • Courrières
    Marché de Noël, résidence Daniel Deloffre, de 10h à 18h.

Dimanche 15 décembre

  • Loos-en-Gohelle
    Bourse aux jouets et aux vêtements, foyer Omer Caron, rue du 8 mai 1945, de 10h à 16h.

Dans votre dernier numéro...

Le Petit Mag rend hommage à Daniel Leclercq. Valenciennes l'a vu naître au monde du football, Lens l'a hissé au sommet. Joueur brillant, entraîneur intransigeant, le « Grand » restera à jamais présent dans le cœur des supporters sang et or...

Le « Grand » sommeille

Les grands hommes et les grands champions sont exigeants. Daniel Leclercq l’était avec lui-même et avec ses joueurs. Au RC Lens où il a côtoyé les sommets ou au FC Bauvin, avec cette coupe des Flandres dans la vitrine de sa commune…

L’exigence fut sa marque de fabrique tant sur le terrain qu’accoudé au banc de touche. « Il n’a jamais rien lâché dans la vie » confie Gervais Martel. Jusqu’à ce maudit 22 novembre, emporté brutalement à 70 ans par une embolie qu’il n’a pas vu venir, encore moins repousser d’une transversale de quarante mètres dans la surface d’un adversaire qu’il ne « calculait » jamais. C’est vrai, Daniel Leclercq n’était pas du genre à passer des heures sur l’équipe d’en face. Il ne parlait jamais des autres. Jamais de lui. Seulement du jeu. Son ancien président et ami se souvient : « Daniel, c’était : on joue vers l’avant, on joue vite, on se démarque, on donne une solution au porteur ».

Il était le jeu

Le porteur en 1998, c’était Stéphane Ziani. Entouré de mecs de caractère comme le natif de Trith-Saint-Léger les aimaient : Wallemme, Foé, Warmuz, Drobjnak ou encore Sikora, présent évidemment samedi à Bollaert, une gerbe de fleurs sang et or dans les mains, devant un banc vide. Côté gauche.

Revenons au jeu qui habitait ce joueur brillant (plus de 350 matches en pro), cet entraîneur à poigne. C’est en faisant jouer que le Druide, guidé inlassablement par « son » 4/3/3, a offert au Racing et au peuple lensois leur unique titre de champion de France. Un soir de mai 1998, à Auxerre. C’était hier. Et hier encore, au coin d’un zinc, les plus anciens saluaient ce faiseur de miracles qui avait dédié ce titre de champion « aux gens de ma région ». L’index dirigé vers les tribunes de Bollaert investie en pleine nuit par 25 000 supporters. Avant de récidiver l’année suivante, avec la coupe de la Ligue en poche, aux dépends (encore) de Metz.

Il était comme cela, l’ancien tenancier d’un bar près de Nungesser et entraîneur bénévole de VA en D2. Immuablement tourné vers les autres. Il ne souriait pas souvent mais il aimait les gens. Et ses joueurs profondément. « C’était un personnage mythique. Son sourire était dissimulé dans son coeur » décrit Jimmy Adjovi-Boco. « Dur et bon à la fois ! » Comme Franz Beckenbauer, auquel Gervais Martel le comparaissait si souvent.

Intransigeant et imprévisible aussi le « Druide ». Sous le maillot marseillais (champion de France en 1971), puis sous la tunique sang et or (une finale de coupe de France perdue contre Saint-Etienne ou encore ce fameux match retour contre la Lazio), comme au cours d’une simple partie de pêche, ou à l’occasion de ces très nombreuses parties de cartes ou de tennis. Là aussi, il n’aimait pas perdre ! « Il était d’une mauvaise foi pas possible à la belote » se souvient même un carré d’amis.

Inimitable et inoubliable

Perfectionniste, toujours en quête d’absolu, combien de fois laissa-t-il place à la frustration ? Combien de fois, quitta-t-il des entraînements, des matches avant la fin, voire dès la mi-temps ? Avant de mieux revenir le lendemain (de victoire souvent…) et de claquer la bise à ses ouailles. « Tout cela, c’est l’histoire d’un grand mec, d’un monument de Lens » ajoute Martel, orphelin « d’un grand frère » et persuadé « que c’est une partie du Racing qui a foutu le camp avec lui l’autre vendredi ». A l’image de cet autre pan du club estampillé Leclercq-Debève à Wembley (1-0 face à l’Arsenal de Wenger) où jamais un club français ne s’était encore imposé…

Après avoir incarné une certaine réussite nordiste (n’oublions pas ses moments forts à Valenciennes, son autre club de coeur), Daniel Leclercq avait pris sa retraite en 2011 après un dernier bail à la Gaillette (en duo d’abord avec JPP puis comme directeur sportif de JGW). L’été dernier, avant de partir dans les Caraïbes, « comme un jeune homme pour une autre vie avec sa seconde épouse » (selon Gervais Martel), en fin placomusophile et partisan d’un football champagne, il écumait encore les brocantes du bassin minier à la recherche de la moindre capsule.

Depuis, il coulait des jours heureux, ragaillardi par les bons résultats du Racing, et par une activité prenante auprès des jeunes de Martinique. Un territoire qui l’avait rapidement adopté. Cette même île aux fleurs qui le gardera à jamais (ndlr : il a été inhumé à Fort de France). Là-bas où le gaucher subtil a discrètement dribblé une dernière fois les siens et les gamins des stages Raphaël Varane qu’il encadrait.

Aujourd’hui, si le « Grand » sommeille, sa longue silhouette sera toujours associée au stade Bollaert-Delelis. De là-haut, le « Grand blond » pourra reprendre ses longues discussions avec un autre grand homme de l’histoire du Racing, André Delelis. Un autre visionnaire.

Oui, l’exploit de 98, l’ami de Roger Lemerre l’avait annoncé ! Sûr de son jeu et de ses atouts. Au soir d’une large victoire des partenaires du regretté Marc-Vivien Foé face à Paris... Le sage camerounais qu'il vient donc de rejoindre à son tour.

Découvrez l'ensemble du dossier consacré à Daniel Leclercq dans notre magazine.

LM – Lens, le 26 novembre 2019