Actualité

Le secrétaire d’Etat Cédric O en VRP de la fibre numérique

Mercredi 23 septembre – Arrageois

Cédric O s’est rendu aujourd’hui dans le Pas-de-Calais pour participer à la rencontre Numérique en commun[s] organisée par le Hub Les Assembleurs, et qui a pour but d’accompagner vers le numérique les habitants des Hauts-de-France. Le secrétaire d’Etat chargé de la Transition numérique et des communications électroniques a rappelé « le soutien de l’Etat dans les actions existantes » et « sa mobilisation pour la mise en œuvre du Plan de relance qui doit permettre de déployer plus de formateurs dans plus de lieux ».

Après avoir participé à un débat NEC local à l’AFP2I, à Arras, sur le thème de l’inclusion numérique, et à un déjeuner privé avec le maire Frédéric Leturque, Cédric O s’est rendu sur le terrain à Vitry-en-Artois pour visiter un Nœud de raccordement optique (NRO) et un sous-répartiteur optique (SRO).

Sur le site, face au maire, Pierre Georget, et à Bénédicte Messeanne-Grobelny, vice-présidente du conseil département du Pas-de-Calais, le nouvel envoyé spécial du Gouvernement Castex a confirmé l’engagement de l’Etat « du 100 % fibre en 2025 et à faire de l’accès à internet un service universel ». « Outre le fait de donner un nouvel élan économique aux régions, la Fibre ça change la vie » a lancé en conclusion l’ancien cadre de chez Safran qui a rejoint les équipes de l’Elysée après la victoire d’Emmanuel Macron en 2017.

Retrouvez plus d’informations dans nos prochaines éditions.

Nicolas Desfachelle nouveau président de l’Office de tourisme, des loisirs et des congrès Arras Pays d’Artois

Mercredi 23 septembre – Arras

Une grande semaine pour Nicolas Desfachelle ! En tant que maire de Saint-Laurent-Blangy, il a accueilli lundi dans sa commune la ministre du Travail Elisabeth Borne. Aujourd’hui, avec la casquette d’élu de la Communauté urbaine d’Arras (CUA), il a été élu à l’unanimité président de la SPL (société publique locale) de l’Office de tourisme, des loisirs et des congrès d’Arras Pays d’Artois. Nicolas Desfachelle (51 ans) succède à Frédéric Leturque, tandis qu’Aude Vilette, adjoint au maire à Arras, a été élue présidente déléguée de la SPL. Christian Berger garde les fonctions de directeur de l’office.

Les objectifs du nouveau président ? « Approfondir le positionnement marketing autour du bien-vivre et du bien-être en Pays d’Artois, notamment à la campagne avec des mobilités douces et des circuits-courts » explique le vice président de la CUA, en charge de l’attractivité. « Transformer la commercialisation des produits et séjours touristiques en utilisant encore davantage le digital au service du citoyen et de l’économie » est aussi au programme de Nicolas Desfachelle. Enfin, il a coché également en bonne place un observatoire de l’économie touristique à l’échelle du Pays d’Artois « afin de nourrir la stratégie de développement de la destination ».

Retrouvez plus d’informations dans nos prochaines éditions.

La ministre du Travail Elisabeth Borne lance la tournée de l’apprentissage avant de se rendre à Bridgestone

Lundi 21 septembre – Arrageois

« Ne laisser aucun jeune sans solution ». Ce matin, à Saint-Laurent-Blangy puis à Arras, Elisabeth Borne, ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion et Nadia Hai, ministre déléguée auprès de la Ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, chargée de la Ville, sont venues porter la bonne parole du Gouvernement Castex et mettre en avant le plan France Relance, dont 6,7 milliards d’euros sont destinés aux jeunes.

Sur le parking du CFA rue Copernic, à Arras, Elisabeth Borne a pris à témoin les chefs d’entreprise pour leur « demander de faire confiance aux jeunes car chaque jeune à du talent. Il y a une approche à chaque parcours et considérez aujourd’hui que l’apprentissage est une voie d’excellence ».

En faisant référence à « un jeune = une solution », les deux ministres ont annoncé l’objectif de doublement des contrats d’apprentissage dans les quartiers prioritaires d’ici 2022 (21 000 en 2018). Puis avant une table ronde avec les acteurs de l’apprentissage et les apprentis, il était temps de lancer la première étape de la tournée de l’apprentissage dans les quartiers prioritaires de la Ville.

Jusqu’au 12 décembre, un bus de l’apprentissage sillonnera de nombreuses villes de dix départements pour sensibiliser « les jeunes, tous les jeunes, pour qui nous ne compterons jamais » a indiqué Patrick Toulmet, délégué interministériel à l’apprentissage. « En février dernier, l’apprentissage battait tous les records ; nous étions heureux et puis arriva cette « saloperie » de virus. Les résultats redeviennent favorables et ce « camion » arrive à point nommé. Notamment ici en Hauts-de-France où nous avons le soutien de Xavier Bertrand, qui soutient depuis longtemps l’apprentissage ». Un président de Région qui allait accueillir quelques minutes plus tard Elisabeth Borne sur le terrain, à Béthune, où Bridgestone a décidé de supprimer près de 900 emplois.

En début de matinée, les deux membres du Gouvernement avaient visité l’entreprise Décima puis les deux péniches « numériques » en compagnie notamment de Nicolas Desfachelle et Frédéric Leturque, maires des deux communes accueillantes.

Retrouvez plus d’informations dans nos prochaines éditions.

Laurent Duporge réélu président du syndicat mixte des transports Artois-Gohelle

Mercredi 16 septembre – Transports

Comme pressenti, Laurent Duporge n’a pas rencontré d’opposition ce mercredi à sa réélection à la tête du syndicat mixte des transports Artois-Gohelle (SMT). Le maire de Liévin était seul en liste et a obtenu 17 voix « pour » contre 3 votes « blancs ».

Il sera accompagné aux affaires par trois vice-présidents, représentant les trois agglomérations concernées par le SMT : David Thellier, maire d’Isbergues, Christophe Pilch, maire de Courrières et Alain Dubreucq, maire de Sains-en-Gohelle. Considéré comme « hors sol », Laurent Duporge veut continuer « le travail entrepris depuis six ans avec les élus des trois agglomérations ». « Il reste beaucoup à faire mais en même temps, c’est réconfortant de voir que le travail entrepris est salué. »

Retrouvez plus d’informations dans nos prochaines éditions.

Laurent Duporge veut protéger les Liévinoises et les Liévinois

Mardi 15 septembre – Liévin

Les manifestations s’annulent un peu partout dans le pays, les regroupements familiaux sont limités, le port du masque devient quasi obligatoire pour toute sortie à l’extérieur…
En écho aux décisions nationales et départementales, Laurent Duporge passe également à l’offensive. Après les décrets pris par les Préfets du Nord, vendredi, puis du Pas-de-Calais, ce mardi, le maire de Liévin veut protéger ses habitants. « C’est avec une énorme déception et le sens des responsabilités que je me vois dans l’obligation de prendre la décision de ne pas maintenir certains événements festifs et populaires à compter de ce mercredi 16 septembre et jusqu’à nouvel ordre. J'incite par ailleurs les associations, entreprises ou organismes privées à rejoindre cette démarche pour tout événement organisé sur la commune ».

Si la décision a été de maintenir les marchés de plein vent (mercredi et dimanche) avec le respect des gestes barrières, ces annulations portent pour les JEP (journées européennes du patrimoine) prévues  les 19 et 20 septembre, la braderie aux livres, la semaine seniors, le lancement de la saison culturelle, Octobre Rose, le traditionnel repas des aînés…
« Prenez soin de vous et protégeons les autres ! » a conclu Laurent Duporge, dans un communiqué clair, net et ferme.

Retrouvez plus d’informations dans nos prochaines éditions.

La secrétaire d’Etat Sophie Cluzel soutient l’école inclusive à Lens et à Arras

Lundi 7 septembre – Lens et Arras

Munie d’un masque transparent*, Sophie Cluzel, secrétaire d’Etat  en charge des personnes handicapées, s’est déplacée ce lundi à Lens puis à Arras. Une double visite autour des questions de transformation de l’offre du secteur médico-social au service de l’école inclusive.

En début de matinée, accompagnée de Claire Compagnon, déléguée interministérielle en charge de la stratégie pour l’autisme au sein des troubles du neuro développement, Sophie Cluzel s’est attardée dans l’unité d’enseignement en maternelle autisme (UEMA) à l’école Jules Verne (7 garçons de 3 à 6 ans), dirigée par Céline Wagon. En présence de Jacques Brelot, président de l’APEI Lens, Sylvain Robert, maire de Lens, Cathy Apourceau-Poly, sénatrice, et de représentants de l’Education nationale et de l’Agence régionale de santé, la secrétaire d’Etat a pu échanger avec les familles, les rassurant sur « un engagement total du Gouvernement ». Issue du milieu associatif, sans mandat politique, elle a indiqué « lutter pour que les parents deviennent tous des parents d’élèves et plus des parents d’handicapés ». « Les enfants, notamment, nous forcent à parler et travailler tous ensemble. Ma politique c’est celle du rassemblement ! » a-t-elle encore dit avant de se rendre à Arras.

Après avoir visité l’institut médico éducatif Jean-Jaurès de la Vie Active, composé de 19 jeunes scolarisés au quotidien, Sophie Cluzel a réaffirmé qu’elle était « la Ministre de tous les enfants handicapés ». Appelant les parents à « se servir de toutes les instances mises à leur disposition et d’anticiper l’après ». Message reçu cinq sur cinq par des familles qui ont reconnu, avec parfois des sanglots dans la voix « la chance de bénéficier d’un tel accompagnement ».

Enfin, Sophie Cluzel a fait la connaissance d’Eléonore Laloux, conseillère municipale déléguée à la transition inclusive et au bonheur, à Arras.

(*) D’ici la fin du mois de septembre, l'Éducation nationale va livrer 100 000 masques transparents (lavables 25 fois à 60°) pour les professeurs qui ont un élève sourd, ainsi que tous les enseignants de maternelle.

Retrouvez plus d’informations dans nos prochaines éditions.

La secrétaire d’Etat Nathalie Elimas au cœur de la Cité éducative

Vendredi 4 septembre – Arras

Décidément, la rentrée scolaire est propice aux visites ministérielles. Après Brigitte Klinkert, ministre déléguée en charge notamment de l’insertion, jeudi, Frédéric Leturque et son équipe ont accueilli Nathalie Elimas, secrétaire d’Etat chargée de l’Education prioritaire.

Dans le cadre de son tour de France, la native de Beauvais a visité le centre multi accueil Verlaine avant de se rendre dans les écoles maternelles et élémentaires de Voltaire. Nathalie Elimas y a rencontré (et posé) avec les enfants et a pu échanger avec les enseignants et les parents de cette Cité éducative d’Arras. « Une totale réussite depuis sa mise en place avec un travail sur mesure au service des enfants pour les accompagner de la petite enfance au collège »  a souligné le maire arrageois devant la rectrice de l’Académie Valérie Cabuil.

Au moment où le chef de l’Etat entamait, au Panthéon, son discours célébrant les 150 ans de la République, Nathalie Elimas rappelait « l’attachement du Gouvernement pour la jeunesse de notre pays. Les jeunes ont été impactés par la crise, ne l’oublions pas… Aujourd’hui, ils ont retrouvé avec envie leurs salles de classe et cours de récréation. La joie est palpable et c’était notre objectif ».

Quant à la fracture numérique mise en avant avec la pandémie de la Covid-19, « nous l’avons à l’esprit » a assuré la secrétaire d’Etat. « Nous sommes en phase d’expérimentations dans l’Aisne et le Val d’Oise pour tendre vers un « 100% numérique. Nous équipons les familles et les écoles, et nous dispensons des formations aux enseignants ».

Retrouvez plus d’informations dans nos prochaines éditions.

La ministre Brigitte Klinkert à la rencontre des jeunes et de leurs futurs patrons

Jeudi 3 septembre – Arras

Entrée en juillet au sein du Gouvernement Castex, Brigitte Klinkert, ministre déléguée à l’insertion, poursuit son « Tour de France de l’emploi » en participant activement à « l’équipe de France espoir », un événement qui rassemble chefs d’entreprise et jeunes, peu ou pas diplômés, en quête d’emploi.

Une soixantaine de jeunes de 18 à 25 ans ont évolué sur le complexe Grimaldi à Arras, au cours d’ateliers et de challenges avec notamment des sportifs de haut niveau. Citons la rugbywoman Laura Di Muzio (Villeneuve d’Ascq), l’ancien attaquant des Sang et Or Deme N’Diaye ou encore l’entraîneur de l’équipe féminine du RC Lens, Sarah M’Barek invités par Larbi Liferki de l’APELS (agence pour l’éducation par le sport) co-organisateur de cette journée avec la ville d’Arras.

Alors que le premier Ministre venait de présenter le plan « France relance » de l’économie avec à la clé 160 000 emplois nouveaux en 2021, Brigitte Klinkert a en profité pour échanger avec des chefs d’entreprise du territoire, enclin à embaucher de futurs collaborateurs par le biais du sport. « Donner un emploi à un jeune, c’est changer sa vie et celle de sa famille » a déclaré Brigitte Klinkert qui a demandé aux jeunes de « d’être optimistes » et a martelé « que personne ne devait rester sur le bord du chemin ». Elle rappela enfin « qu’un jeune = une solution ». De son côté, Frédéric Leturque évoqua « l’importance de travailler autrement la compétence sport ». « Le sport doit être un levier entre la rue et la vie » a ajouté le maire, invitant les jeunes « à construire leur avenir ».

Retrouvez plus d’informations dans nos prochaines éditions.

Plan de relance de la région : 1,3 milliard d’euros en 18 mois

Vendredi 28 août – Liévin

La Région Hauts-de-France a voté, le 30 juin dernier, un plan de relance d’1,3 milliard d’euros pour protéger les entreprises, les habitants, les associations et les professionnels de santé, fragilisés par la crise. Objectif : relancer au plus vite le « Produit en Hauts-de-France » pour une économie durable et locale.

Le président du conseil régional se déplace actuellement dans les cinq départements à la rencontre des élus et acteurs économiques. Et le crédo de Xavier Bertrand est simple : « Aller vite et simplifier les procédures ».  À ses côtés, aujourd’hui à l’Arena de Liévin, Sylvain Robert a rappelé le rôle des collectivités en cette période si particulière. « Amortir au plus vite la crise par une relance de l'activité économique, par la commande publique notamment et aider les secteurs qui sont les plus durablement touchés » a martelé le président de la CALL. L'agglomération de Lens-Liévin s'associe donc à ce programme et accompagne d'ores et déjà l'acte 2 du déconfinement au niveau de la reprise économique, en collant au mieux aux réalités du terrain, des communes et des entreprises.

« Ensemble, on se bat pour la relance ! Pour faire face à cette crise économique, l’investissement public sera un outil efficace et la Région y mettra les moyens aux côtés des communes et intercommunalités ! » a rassuré Xavier Bertrand. 

Retrouvez plus d’informations dans nos prochaines éditions.

Lens - Paris SG reporté au jeudi 10 septembre

Mardi 25 août – Lens

À la demande du Paris Saint-Germain et en accord avec le RC Lens et le diffuseur Canal+, le bureau de la LFP, réuni ce mardi matin, a décidé de reporter la rencontre opposant le Racing au PSG, initialement prévue le samedi 29 août à 21h, au jeudi 10 septembre à 21h.

Conséquence de ce report qui sème une colère noire et légitime chez les supporters sang et or, le match Lorient - Lens se disputera le dimanche 13 septembre à 15h, soit 66 heures après la venue du PSG à Bollaert. À ne plus rien y comprendre !!!

De son côté, Sylvain Robert n’a pas tardé à réagir. « Comment expliquer aux supporters qu’ils devront se déplacer en semaine à Bollaert-Delelis parce que le PSG frustré par sa défaite, sollicite un report ? Les supporters expliqueront sans doute à leur entreprise qu’il faut décaler leur journée de travail du 11 septembre pour récupérer du match (…) Et je n’évoque pas les conséquences sur la mobilisation des forces de l’ordre et des services municipaux déjà mis à l’épreuve depuis de nombreux mois et dont les contraintes ne sont pas prises en considération ». « Soyons sérieux, on joue la Ligie 1 Uber Eats, pas la Ligue 1 PSG » a ajouté le maire dans un long communiqué.

Retrouvez plus d’informations dans nos prochaines éditions.

Louis Le Franc sera un Préfet facilitateur et vigilant

Lundi 24 août – Arras

Nouveau Préfet du Pas-de-Calais, Louis Le Franc (59 ans) est entré en fonction ce lundi matin. A l’issue d’un dépôt de gerbe au Monument aux morts d’Arras, le successeur de Fabien Sudry, nommé Préfet de la région Bourgogne - Franche-Comté, a dressé quelques priorités sans passer sous silence le dossier chaud du moment, la Covid-19 et ses conséquences sur le quotidien.

À l’image du prochain match à Bollaert-Delelis, samedi 29 août, face au Paris SG. Une jauge qui devrait vraisemblablement restée à 5 000 spectateurs si le match est maintenu car le PSG en a demandé son report… En attendant, même s’il ne souhaite pas pénaliser le RC Lens et ses supporters, il ne veut pas « être le Préfet à l’origine d’un cluster à Lens ».

En quittant l’Oise pour le Pas-de-Calais, Louis Le Franc connaissait l’ampleur des dossiers qui l’attendaient à seulement 155 km. Pour cet ancien militaire, la priorité absolue est la politique migratoire à Calais, « une ville exposée depuis une vingtaine d’années et où il y a une dimension humanitaire à gérer ». Autre priorité, la mise en œuvre du Brexit au 1er janvier 2021, la poursuite du renouveau du bassin minier (« il reste encore beaucoup à faire ») et quelques grands dossiers comme le Canal Seine-Nord-Europe, « un projet bien dimensionné ». « Je serai un Préfet facilitateur afin de mener les projets à leur terme, et toujours dans la concertation ».

Quant à la crise sanitaire, que Louis Le Franc connaît bien « pour avoir été au cœur du sujet dès le mois de février et pour quelques semaines très complexes », elle reste son quotidien. « Le sujet est prédominant avec un impact considérable sur les aspects sociaux, économiques, sportifs, culturels sans oublier la rentrée scolaire dans quelques jours. Il faut désormais vivre avec de nouvelles règles dans nos rapports sociaux ». « La meilleure conduite à tenir est celle de la vigilance » a conclu le Préfet, pas enclin « à ordonner le port du masque obligatoire à l’échelle du Pas-de-Calais » comme ceci se pratique dans le département voisin du Nord, depuis quelques jours.

Retrouvez plus d’informations dans nos prochaines éditions.

Seko Fofana a rejoint le Racing club de Lens

Mardi 18 août – Lens

C’est désormais officiel depuis ce midi. Après une visite médicale probante, Seko Fofana (25 ans) s’est engagé pour quatre saisons avec le Racing club de Lens. Comme un autre surdoué du football français, Gaël Kakuta, le gamin originaire de Paris et formé à Lorient, est parti à 18 ans pour Manchester City. Fofana fut ensuite prêté à Fulham et à Bastia avant de rejoindre Udinese en 2016. La saison dernière dans le Calcio, il a disputé 32 matches au poste de milieu de terrain et il a inscrit 3 buts. A Lens, l’ex-international des U16 aux U19 retrouve deux anciens joueurs du club corse, Jean-Louis Leca et Yannick Cahuzac.


© rclens.fr

Seko Fofana, qui a déclaré récemment sa flamme pour le maillot sang et or, est assurément le plus beau coup du Racing en matière de recrutement (on parle de 10 M€)… Ce que confirme Arnaud Pouille : « C’est l’investissement le plus important réalisé par le club. L’engagement de notre propriétaire [Joseph Oughourlian] s’est encore évidemment manifesté et je me dois de le rappeler et de l’en remercier ».

Retrouvez plus d’informations dans nos prochaines éditions.

Programme de rénovation de la résidence Saint-Michel à Arras

Vendredi 24 juillet – Arras

Une réunion publique a permis de présenter dans le détail aux locataires de la résidence Saint-Michel le programme de travaux ambitieux qui transformera la résidence et le quotidien de ses habitants. La démolition de 35 logements de cette résidence de la place Bernard Chochoy, sortie de terre en 1973, sera nécessaire "afin d'ouvrir le site sur la ville et notamment la Grand'Place" a expliqué le directeur général de Pas-de-Calais Habitat.

Seront rénovés l'intérieur des logements, les parties communes, les façades des bâtiments, les commerces et services, les aménagements extérieurs. Coût total : 18 M d'euros, soit 47 750 € par logement. Début des travaux à la mi-octobre prochaine, pour une fin annoncée et espérée à l'automne 2022. "Dépassant la simple rénovation énergétique, il s'agit d'une réhabilitation totale" s'est réjoui le maire Frédéric Leturque., rejoint dans ses propos par Jean-Louis Cottigny, président de Pas-de-Calais Habitat et vice-président du conseil départemental. "La renaissance de St-Michel est en route" avait expliqué en début de réunion, l'un des architectes du cabinet lillois. Deux heures plus tard, les locataires en étaient convaincus !

De gauche à droite : Bruno Fontalirand, directeur général de Pas-de-Calais Habitat, Jean-Louis Cottigny, président de Pas-de-Calais Habitat, Frédéric Leturque, maire d'Arras, Luc Dehaene, architecte.

Retrouvez plus d’informations dans notre prochaine édition d'Arras.

Bruno Donius, nouveau directeur général du GHT de l'Artois

Vendredi 24 juillet – Lens

Dirigé par intérim depuis quelques mois, le groupe hospitalier de territoire de l'Artois vient d'accueillir son nouveau directeur. Bruno Donius (57 ans) a pris ses fonctions mardi. Ancien directeur général adjoint du CHU de Lille, directeur général de l'hôpital de Dunkerque depuis 2018, ce nordiste d'adoption dirigera "au moins pour 5 ans" les quatre établissements composant le GHT de l'Artois : les centres hospitaliers de Lens, Béthune-Beuvry, Hénin-Beaumont et La bassée. Homme de challenge, il arrive en Artois dans un contexte difficile (urgences, SMUR, déficit, Covid-19) mais avec un beau projet à faire sortir de terre, le nouvel hôpital de Lens. Dont l'ouverture est désormais fixée en 2025 !.

Retrouvez plus d’informations dans notre prochaine édition Lens-Liévin.

Arras FCF devient RC Lens Féminin

Lundi 20 juillet – Arras

Le lieu n'a pas été choisi par hasard. La salle des mariages de l'hôtel de ville d'Arras a été le théâtre, non pas d'une fusion, mais d'une signature d'une convention de transformation de l'Arras FCF en RC Lens Féminin. Et pour ce "mariage" célébré en personne par le maire arrageois, Frédéric Leturque, Joseph Oughourlian avait tenu à être présent aux côtés de Sarah M'Barek qui aura en charge l'équipe première qui évoluera en D2 mais aussi toute la politique sportive du club.

"C'est parfois dans les mariages les plus inattendus qu'on construit les unions les plus prospères" a souligné le président lensois avant de saluer "une intelligence locale" et de rappeler que "Arras est un nom historique dans le championnat féminin".

D'ailleurs, l'expérimentée joueuse et désormais entraîneur Sarah M'Barek, qui succède à Daniel Krawczyk, se souvient "de matchs compliqués joués ici". Celle qui "aime bien bousculer les choses" n'est pas effrayée par le challenge qui l'attend au stade Degouve (seulement quelques matchs de gala auront lieu à Bollaert-Delelis). Retrouver l'élite dans les trois ans n'est pas si utopique avec un budget déjà multiplié par deux cette saison (six nouvelles joueuses ont signé) et un soutien administratif et médical prévu du côté de la Gaillette.

Premier grand rendez-vous pour les supporters arrageois et lensois, le 15 août à 15h, à Degouve, pour la venue d'Anderlecht.

Retrouvez plus d’informations dans nos prochaines éditions d'Arras et de Lens-Liévin.